PROGRAMME DE PRÉVENTION POUR LES SÉNIORS

Nous proposons également un travail spécifique de prévention des risques destiné aux personnes âgées dans un contexte ludique, respectueux des motivations des participants et de leurs particularités.

Prévention du RISQUE SOCIAL lié à l'isolement et à la solitude

Prévention des pathologies psychologiques classiques
telles que la dépression, le repli ou l’inhibition sociale

La présence de l'animal suscite avant tout l’entrée en relation. Elle permet une restauration du lien social loin des contraintes du handicap et du poids de l'âge. Des interactions entre les participants se mettent en place et perdurent au-delà des séances aidant le sujet dans l'investissement de son rôle social et de son utilité.

En luttant contre l'apathie et l'absence d'intérêt, les programmes de médiation par l'animal peuvent ainsi aider les personnes âgées à s'intéresser davantage aux événements extérieurs.



Prévention du RISQUE MOTEUR
Par la prévention de la chute, des dérèglements posturaux et du retrait moteur global

Les ateliers associant l'animal et notamment le travail mené avec le chien ont un impact soutenu sur les capacités d'équilibre statique et dynamique et sur le niveau moteur global.

En stimulant la confiance du sujet dans des situations de mise en jeu globale du corps, les parcours moteurs adaptés permettent par exemple d'affiner la perception des espaces, de favoriser la coordination des membres et de mettre en jeu les articulations maîtresses du corps en situation ludique.

                                 Prévention du RISQUE COGNITIF
Troubles de la mémoire, du raisonnement, perte du geste et des mots


Au niveau cognitif, un effet stimulant sur la vigilance notamment est apporté grâce à la reconnaissance des animaux, des objets utilisés, des concepts évoqués, des images proposées, des échanges dynamiques entre les participants sur des sujets d'intérêt entourant les animaux.

Des ateliers « mémoire » peuvent également être organisés associant un matériel plaisant et dynamisant. Des effets sur la mémorisation, et plus particulièrement sur la mémoire affective ont ainsi pu être évalués.